Un blog intéressant sur Georges Brassens

Georges Brassens

goerges-brassens-guitares-contre-basse

Un blog très intéressant pour tout fan de Georges Brassens! À suivre absolument.

Tenu par une jeune étudiante Carla.

https://georgesbrassensblog.wordpress.com/

Carla

Carla

 

L’excellent éditorial de Carla sur Georges Brassens:

“Pourquoi Brassens ? Aujourd’hui, il faudrait écrire communication, technologies ou encore musique électronique. Brassens n’a connu ni Facebook ni Twitter. C’est un fait : le monde a changé. La poésie disparaît et les chansons à textes avec elle, il faut écrire bref, donner son opinion concise sur tout et rien, via les réseaux sociaux. La culture, c’est devenu autre chose. La culture, ce n’est plus la sienne. Ce n’est plus celle d’un homme ayant parcouru d’innombrables recueils de poésie, ce n’est plus celle d’un homme s’étant façonné seul au cours des années, allant de Jean de La Fontaine à Paul Fort, en passant par Verlaine. La culture, elle s’est modernisée, le temps s’accélère. Alors, pourquoi Brassens ? C’est ennuyeux après tout, c’est l’ancien temps. Bien au contraire, Brassens il se joue du temps, Brassens il a dépassé cette idée. Croyez-le ou non, mais je suis persuadée que lorsque nous paraitrons ringards face aux générations suivantes, quand ils se joueront de nous en apprenant que nous avions des ordinateurs, qui seront depuis devenus je ne sais quoi, Brassens, il sera toujours là. À l’instar d’un Voltaire ou d’un Camus, il aura apporté sa dose de solutions aux problèmes. Brassens, c’est une réflexion poussée sur la vie, sur ses embûches, sur la société, sur le monde. C’est la sagesse, celle qui se place au-dessus du quotidien, celle qui ne subit aucunement les errances des débats avec lesquels on nous triture l’esprit jour après jour. Débats qui demain n’auront plus sens. Brassens, c’est la pensée ultime, celle de l’être humain qui prend le pas sur le reste. C’est l’utopie selon laquelle nous pourrions vivre ensemble sans nous marcher dessus. Brassens pensait : je mène ma vie du mieux que je le peux, mais en aucun cas je ne peux me permettre d’empiéter sur celle de mon voisin. L’être humain a ses défauts, il n’est pas parfait. Il est orgueilleux et égoïste, c’est une réalité. Cet humain là a tenté de combattre son instinct, quelle belle leçon de courage et de modestie. Il n’a cessé de s’améliorer. La où nous sommes tous dans le jugement, aucun de nous ne peut se l’empêcher, il n’a jamais critiqué personne, jamais blessé. Brassens, c’est tout simplement un bel humain, je vous le dis sans retenue. Il a fait de son mieux et il a réussi. On ne peut pas non plus parler de Brassens sans parler de ses textes, et quels textes. Ils sont le reflet de ce qu’il était : pleins de sensibilités, de contradictions, d’incertitudes, de liberté, d’humour et de connaissances. D’un langage précieux, ils sont pourtant habillés de simplicité. C’est une œuvre que peu d’hommes ayant habité notre histoire ont su créer, mais c’est aussi une des rares accessibles à tout un chacun. Par malheur, je me rends compte que je me transforme en tout ce qu’il rejetait, une vraie propagandiste, qui ne doute pas de détenir la vérité face à tous, alors il serait mieux que je m’arrête à ce stade. Comme tout un chacun, j’ai la volonté d’imposer mon opinion par moments, nous sommes nombreux à porter cette croix, je vais donc tenter de me rapprocher de cet artiste encore et encore, c’est nécessaire. Donc, pourquoi Brassens ? S’il fallait une raison que n’importe qui comprendrait, nous avons quitté le mois d’octobre, mois qui a vu Brassens naître en 1921, mais aussi s’en aller en 1981. Alors, peut-être que vous pourriez faire non pas un arrêt sur image, mais un arrêt sur texte. Brassens vous ouvrira certainement la porte, beaucoup y ont toqué et peu l’ont regretté, alors si le cœur vous en dit.”

georges-brassens-pochette-album